NOUVELLE EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE

MOTS POUR MAUX

Pourquoi ? J'écoute le brouillard. Quel avenir ? J'ai besoin de faire de l'ordre dans mes papiers avant de partir. Comment je vais faire ? Qu'est-ce que j'aurais dans le cerveau si je ne rumine plus ? Se frotter les mains pour faire passer le temps. Elles nous échappent. Il y a toujours quelque chose qui ne va pas quoi qu'on fasse. Je rêve d'une ballade au bord de la mer, c'est ma vie. Se retirer de tout. La chute m'a fichu par terre. J'ai eu peur de vous perdre. C'est une bonne maison. Ca me bouscule tout ça. S'affirmer, je l'ai appris en maison de retraite. J'ai peur de renverser de l'eau, alors je ne bois plus. Vous avez un drôle de rôle vous. Vous avez du courage pour venir me voir. Je voudrais du champagne. Je divague, je ne sais plus dans quelle vie je suis. Je veux être grabataire. Je veux la clé du paradis. Tous ces visages tristes, ça me tue. C'est raisonnable de rester ici, mon neveu sera content. Toto, toto. Elle est morte, elle a de la chance. Dans chaque personne, il y a un conte, un rêve.Je voudrais écrire, marcher, chanter...

Nous pourrions dérouler sans fin les milles et une façon que les personnes âgées ont de parler de leur quotidien, compter à l'infini toutes les questions qu'elles tournent et retournent, sans oser toujours en parler.

Avec ces mots, elles disent leurs douleurs de quitter leur maison, de devenir dépendantes, de ne plus se sentir utile, d'être en décalage avec notre rapport au temps. Elles disent leurs difficultés à vivre en collectivité et de voir les autres vieillir... Elles disent leurs douleurs d'habiter un corps qui vieillit, qui se transforme. Elles disent leurs manières de vivre avec une mémoire qui échappe. Elles disent leurs craintes de la finitude, de la mort. Entre angoisses et incertitudes, elles disent aussi ce qui est essentiel dans leur quotidien; Elles disent leurs besoins d'Amour, de tendresse, de sourires et d'écoute.

Comment ne pas être touché par ces mots que nous adressent les personnes âgées ?

Tant ces mots mettent en évidence le côté sombre de la vieillesse, celui qui fait peur, celui que notre société refuse profondément, au profit d'une image idéalisée de la jeunesse.

Dans le cadre de son travail de psychologue clinicienne au sein d'une maison de retraite, Nadège Brulay-Essono à collectionné une diversité de mots, d'expressions témoignant de la réalité de ce que vivent les personnes qu'elle rencontre. 

Elle a ressenti le désir profond de mettre ensemble ces mots, et d'en faire un témoignage. Témoigner de leurs douleurs multiples, mais aussi de leurs besoins d'Amour, de tendresse, de douceur. 

Associer la force des mots à des images comme support à ce trop plein d'émotions l'a conduite à la recherche d'un illustrateur. 

Par la médiation de la photographie, Je cherche à valoriser l'image de la vieillesse en mettant en exergue la beauté de nos aînés.

Accompagner ces mots souvent violents, par des photographies est une manière de mettre aussi en avant ce qui peut être doux, léger, tendre dans le vieillir.

Par ailleurs, c'est aussi une manière de nous arrêter, de nous interroger sur les images véhiculées par notre société, la place et le rôle des plus vieux d'entre nous...